Le vendredi 11 mars 2005

Photo André Pichette, La Presse

Ben Bogart, Luc Courchesne, Martin Chartrand, Joseph Lefèvre, René Barsalo, Monique Savoie, Zach Settel et Sébastien Roy de la Société des arts technologiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est le début d'un temps nouveau

Alain Brunet

La Presse

La fin de la câblodistribution, remplacée par des milliers de chaînes de télévision disponibles sur Internet. La fin du téléviseur, remplacé par un projecteur haute définition. La fin du téléphone branché au mur, remplacé par des communications audiovisuelles en temps réel. C'est le début d'une ère de création et de communication interactives.

Projetez-vous dans un avenir proche. Imaginez votre ordinateur relier une infinité de contenus sur le Net à votre chaîne stéréo et votre cinéma maison, le tout équipé de cinq à huit enceintes acoustiques qui vous encerclent.

Imaginez-vous fonder un groupe amateur dont les membres vivent aux quatre coins du monde et qui jamment ensemble lorsque bon leur semble.

Imaginez-vous dans un amphithéâtre en train de tripper sur ce qui se passe devant vous, mais aussi sur des musiciens se produisant simultanément dans un théâtre de Barcelone, de Hong Kong ou de Berlin.

Imaginez-vous abandonner le bon vieux téléphone pour vos communications interurbaines et le remplacer par un micro intégré à votre ordinateur personnel.

Voilà ce dont il était question hier à la Société des arts technologiques (SAT). Leader en matière de nouvelles pratiques culturelles à l'ère numérique, on y présentait les travaux du réseau de recherche Territoires Ouverts/Open Territories (TOT), coordonné par une équipe de la SAT. Au cours des deux dernières années, le programme de recherche a été «le premier territoire dédié entièrement à la création et la diffusion de contenus culturels sur les réseaux à large bande».




Des exemples qui frappent l'imaginaire?

«Le logiciel nSlam que nous avons conçu dans le cadre du projet TOT fonctionne avec des délais qui tournent autour de 30 à 40 millisecondes. C'est extrêmement proche du temps réel. Notre première version du logiciel permettait de diffuser du son sur Internet et d'ainsi transférer les contenus dans une seule direction avec un délai de quatre à six secondes; il n'y avait pas vraiment d'interaction dans ce cas. Le problème de délai a été considérablement amoindri par la suite avec la mise au point d'un logiciel (libre) de communication Net Send, qui permet des transferts de son dans des délais de moins de 100 millisecondes», explique René Barsalo, directeur recherche et stratégies à la SAT.

Au cours des prochains mois, le projet TOT prévoit être en mesure d'envoyer et de recevoir de l'information à deux endroits différents.

«Le logiciel téléCHACHA, précise René Barsalo, permettra la tenue d'une performance artistique se déroulant dans deux ou plusieurs villes différentes. Les auditoires se trouvent dans des lieux différents, ils peuvent ensemble taper des mains et danser sur la musique d'un groupe formé sur deux scènes. L'idée existe depuis un moment, mais il y a toujours des problèmes d'intelligibilité et de délai dans les transmissions.»

«Actuellement nous pouvons transférer jusqu'à 30 sources d'information à 32 bits, ce qui équivaut à deux fois la qualité d'un CD normal. Nous le faisons via la fibre optique. Nous transmettons cette information au moyen de huit enceintes acoustiques (mode 8.1), mais nous pouvons envisager très bientôt transférer le son en 5.1 (cinq enceintes acoustiques) au moyen d'une connexion haute vitesse normale.»

On en déduira que le grand public aura bientôt accès à ces innovations réservées à une communauté restreinte de chercheurs et d'artistes.

«TOT comprend aussi un axe de recherche pour la transmission vidéo à très haute définition en temps réel. Nous travaillons sur des espaces de projection immersifs, c'est-à-dire des systèmes projetant les images au moyen de logiciels qui peuvent corriger ces images si la surface de projection n'est pas parfaitement plane- d'où le projet de recherche Light Twist. PixelTANGO, enfin, est un logiciel de création vidéo permettant de combiner plusieurs caméras ou même des signaux provenant d'images informatiques 3D. Ce logiciel sera fort utile aux artistes vidéo et veejays

La SAT se veut désormais un Hub urbain, agora où les gens convergent sur place et peuvent aussi communiquer et interagir avec d'autres artistes et chercheurs du monde entier.

À la SAT, donc, on n'est pas en train de pelleter des nuages. Car il existe d'ores et déjà un vaste public ouvert aux nouvelles pratiques multimédia sur Internet. Le potentiel d'expansion est énorme et sa croissance risque d'être extrêmement rapide. D'ici à la fin de 2005, 300 millions d'humains seront abonnés à la haute vitesse. Actuellement, 5 millions de personnes sont déjà branchées reliées par fibres optiques d'une capacité de 100 mégaoctets, particulièrement au Japon et en Corée du Sud. Aux États-Unis, les projets immobiliers attirent les nouveaux acheteurs avec la fibre optique comme valeur ajoutée.

Science-fiction? Que non.


_________________________________________
Pour en savoir davantage sur le projet TOT www.sat.qc.ca.